News/BlogHardware

Ableton Live 9, Push, quid du 64 bits?

Ableton mettra à jour son séquencer Live début 2013. Parmi les nouveautés, l’interface légèrement remaniée, l’enregistrement et l’édition de l’automation (changements des réglages pendant la lecture d’un morceau) dans les clips en mode session (ce qui n’était possible que pour le mode arrangement dans les versions précédentes), un nouvel explorateur permettant de choisir parmi vos samples, presets d’instruments, plugins, … avec une barre de recherche instantanée.

A cela de nouveaux instruments et sons, la mise à jour et l’ajout de nouveaux modules de traitement (dont Glue, simulation d’un compresseur analogique des années 80), de nouveaux outils pour convertir de l’audio en MIDI (vous pourrez ainsi chanter ou fredonner une idée de mélodie que vous allez pouvoir convertir en MIDI pour la réutiliser dans un instrument ou synthétiseur), de nouveaux outils d’édition MIDI, ou encore l’intégration de Max For Live (outil de programmation musicale: vous pourrez ainsi créer vos propres modules ou instruments) disponible uniquement pour l’édition « Suite ».

Concernant le portage en 64 bits de l’application (vous permettant d’utiliser entre autre davantage de mémoire vive disponible sur les ordinateurs récents au lieu des 3,5 Go maximum en 32 bits), rien d’annoncé du moins sur le site, en attendant de plus amples informations à ce sujet ou une possible mise à jour future… Live est disponible en 3 éditions, la mise à jour pour les utilisateurs des versions antérieures sera toujours présente, le prix et les fonctionnalités sont détaillées sur le site d’Ableton qui a été complètement relooké et optimisé pour les smartphones et tablettes!

Mais ce n’est pas tout! Live 9 est accompagné de sa surface de contrôle live dédiée baptisée Push. Le contrôleur possède une matrice de 64 pads sensibles à la pression pour éditer à la main les séquences, créer des rythmes ou des harmonies et créer en live la structure de vos morceaux. Le tout en utilisant le moins possible le clavier et la souris. Il embarque 11 encodeurs rotatifs, un contrôleur à ruban, et un grand écran LCD. La surface de contrôle a été conçue avec Akai, à l’origine des célèbres MPC. Push sera commercialisé avec Live 9.

Aucun commentaire

Nouveau casque: Beyerdynamic DT990 Pro

Du changement au niveau matériel! Pour pallier à l’usure et aux petits inconvénients de mon précédent casque, le Sony MDR7505 Pro, je me suis procuré un nouveau casque de studio: le Beyerdynamic DT990 Pro.

Ce casque est de type ouvert, c’est à dire qu’il ne vous isolera pas beaucoup des bruits extérieurs. Mais pourquoi donc utiliser un casque ouvert pour le mixage? Eh bien contrairement à mon Sony MDR7505, qui lui est un casque fermé, son principal atout est le confort d’écoute lorsqu’il est utilisé pendant de longues périodes (ce qui est très souvent le cas en studio). Sur le MDR7505, la fatigue auditive s’installe assez rapidement (accentué par les basses) et il s’avérait parfois difficile de mixer avec, surtout sans faire beaucoup de pauses. C’est pourquoi, en studio, il vaut mieux utiliser un casque ouvert, à condition d’avoir un environnement de travail peu bruyant.

A quoi donc peut bien servir alors un casque fermé à part nous isoler des bruits ambiants? A effectuer entre autre des prises de son, pour la voix comme en extérieur. En effet, ce genre de casque possède une faible repisse (phénomène bien connu des preneurs de sons qui est en fait le son du casque qui s’échappe et qui, s’il est important, peut être capté par le micro situé à proximité. Ce bruit peut alors parasiter toute une prise de son!). Il convient donc pour les musiciens et les chanteurs d’utiliser ce genre de casque, moins pour les home-studistes.

Mais revenons au DT990. J’ai choisi ce casque en raison d’une part de la qualité des casques produits par cette firme (made in Germany!), utilisé dans de nombreux studios d’enregistrements, de radio ou de télévision (notamment son homologue: le DT770 Pro, semi-fermé), mais surtout des nombreux avis d’utilisateurs et des médias spécialisés dans ce domaine. Et une fois la première écoute passée je n’ai pas été déçu. Le casque est très précis sur l’ensemble du spectre, l’image stéréo est très bien reproduite. Il est d’ailleurs encore plus confortable que le MDR7505 puisqu’il couvre totalement les oreilles et ses coussinets (remplaçables je le précise en cas d’usure comme sans doute d’autres composants) sont en velours. Je le conseille donc à tous ceux qui n’ont pas d’autre choix que de mixer au casque (en effet, le mixage avec des enceintes de studio dits de monitoring reste la meilleure solution pour mixer dans d’excellentes conditions). Quand au MDR7505, après 4 années à travailler avec lui de façon très intense puisqu’il est devenu aussi mon casque d’écoute, je ne le remise pas pour autant. Il ne sera plus utilisé pour mixer mais pour d’autres usages, ses coussinets ayant eux subi les épreuves du temps. Je cherche d’ailleurs à les remplacer donc si quelqu’un a réussi à trouver un revendeur de pièces détachées pour ce modèle, n’hésitez pas à me contacter car pour l’instant je n’ai rien trouvé!

Pour plus d’informations:

Page Audiofanzine sur le Beyerdynamic DT990 Pro

Ecoute comparative de casques dont le Beyerdynamic DT770 Pro

Aucun commentaire

Où nous en étions

Durant le mois d’octobre et avant que mon site ne connaisse pas mal de soucis (voir l’article) je vous avais parlé tout d’abord de la mort de Steve Jobs qui a passionné les foules tellement le personnage a façonné le monde informatique par ses innovations aussi géniales que performantes en particulier pour les musiciens que nous sommes.

J’avais parlé aussi de la sortie par la célèbre société grenobloise Arturia de leur nouvelle modélisation virtuelle d’un des premiers synthétiseurs analogiques de la firme américaine Oberheim sorti en 1974: le SEM (Synthesizer Expander Module). Le plugin s’appelle donc Oberheim SEM V:

L’instrument, outre la modélisation du module original intègre des fonctionnalités supplémentaires: un LFO supplémentaire, un générateur de bruit (pour des sons percussifs), plusieurs effets intégrés, un arpégiateur, ou encore une matrice de modulation. Mais ce n’est pas tout puisque le SEM V pourra aussi reproduire les versions 2, 4, et 8 voice des modèles suivants de la marque Oberheim (respectivement nommés TVS-1, FVS-1, et EVS-1)

Le SEM V sera disponible courant décembre, et pour ceux qui sont amoureux de la version hardware, la firme de Tom Oberheim a commercialisé récemment la réédition du SEM disponible ici.

Dernière nouvelle que j’avais postée: la firme allemande Native Instruments fête ses 15 ans. Depuis 1996, l’éditeur d’instruments virtuels nous propose pléthore de synthés virtuels qui firent la réputation et la véritable signature sonore de la marque (Generator en 1996 qui deviendra plus tard Reaktor, Absynth en 2000, FM7 – reproduction du synthé numérique Yamaha DX7 en 2002, Massive en 2006…), le sampler Kontakt, des instruments hybrides hardware et logiciel (Kore en 2006, Maschine en 2009), et des produits destinés aux DJ (Traktor en 2000, Traktor 2 en 2011).

Depuis 2 semaines, Native Instruments organise un jeu par tirage au sort qui se termine demain. Un lot était à gagner chaque jour parmi les nombreux produits de la firme, et un voyage à Los Angeles ou Berlin dont le gagnant sera tiré au sort demain. Plus que jamais, Native Instruments restera « the future of sound« .

Aucun commentaire

Moog sort le premier theremin polyphonique

La célèbre marque américaine Moog Music a récemment mis au point la version polyphonique du désormais célèbre theremin, l’un des premiers instruments électroniques apparu pour la première fois en 1928 et qui ressemblait à ceci (dans sa version monophonique):

Inventé par Lev Sergeïevitch Termen (Léon Théremine), l’instrument comportait 2 parties: une antenne horizontale pour contrôler le volume, et une antenne de droite pour la hauteur du son. Comme l’appareil utilise les ondes radio pour contrôler le son, le musicien peut jouer de la musique sans toucher l’instrument, rien qu’en utilisant ses bras. Evidemment, pas de quoi faire un morceau entier avec mais cela peut donner des sons très poétiques et très intéressants.

Aujourd’hui, Moog a fait un pas de plus en lançant le PolyTheremin. L’instrument ne dispose plus d’une mais de 5 antennes (pour une polyphonie de 5 voix maximum). Les antennes peuvent être jouées de manière individuelle, une antenne étant attribuée à chaque doigt. Voici ce que cela donne dans la vidéo de démonstration du constructeur:

Aucun commentaire