News/BlogBIOGRAPHIE

BIOGRAPHIE

 

Samuel Karl (alias Mad Mind) est né le 28 janvier 1989 au Creusot (Saône et Loire). Très tôt il s’intéresse à la musique par le biais des disques de ses parents et découvrira par la même occasion les premières oeuvres électroniques de Jean-Michel Jarre (Oxygène, Equinoxe, Les concerts en Chine et Zoolook). Il aura aussi très jeune une certaine fascination pour l’audiovisuel et l’électronique. A 7 ans, il s’inscrit à l’EMMA (Ecole Municipale de Musique Agréée) du Creusot pour y suivre une formation classique et jazz ainsi que la pratique instrumentale. Durant cette période, il participa en tant que clarinettiste à des auditions ou des concerts, le plus important ayant eu lieu à l’Embarcadère à Montceau (anciennement le CAR) sous la direction de Martial Theureaud en janvier 2001. Mais le fait de devoir jouer la musique des autres l’intéresse de moins en moins, surtout si elle lui est imposée. Il quitta donc l’EMMA en juin 2003.

Il lui fallait désormais trouver le moyen de créer seul sa propre musique, en étant totalement libre dans ses choix musicaux, en oubliant le formalisme des partitions et en privilégiant la spontanéité. Ce n’est qu’au mois de septembre 2004 qu’il trouvera une nouvelle direction à donner à sa musique. Le morceau « Aerology » de Jean-Michel Jarre en a été l’élément déclencheur.

La sortie de l’album « Aero » et le concert qui a suivi (« Jarre in China » en octobre 2004)  lui a permis de redécouvrir la musique électronique et instrumentale avec une nouvelle approche.  C’est à partir de ce moment là qu’il s’initie en autodidacte à la musique assistée par ordinateur, à la maîtrise des synthétiseurs (virtuels notamment), et se consacre à la production de ses propres morceaux. Ces derniers s’inspirent de sa vie quotidienne (« On déménage » et « Monde premier » en 2005). Les premiers albums produits passent inaperçu et restent très anecdotiques du fait du manque d’expérience en composition et au mixage. Mais il ne se sent nullement découragé et poursuit la production des albums suivants (« La maison des Boulets » et « The sound of winter » en 2006). Parallèlement il en profite pour acquérir plusieurs claviers, synthétiseurs, logiciels, matériel audio et continue d’écouter toujours plus de musique électronique, devenant plus ouvert à d’autres courants musicaux comme la techno ou l’ambient, influencé par la musique de Schiller, Laurent Garnier, Klaus Schulze, Tangerine Dream ou Underworld. En septembre 2007 sort déjà son cinquième album studio « Souvenirs d’il y a 20 ans », continuant de mélanger plusieurs styles afin de trouver sa propre voie.

L’album suivant, « A day in Paris » sorti au mois de mars 2009 sera le premier album intéressant du point de vue musical. Pour la première fois, l’album tourne autour d’un concept et utilise davantage d’expérimentations sonores ou encore la technique du sampling. Les résultats commencèrent à devenir prometteurs (l’album a été lu plus d’un millier de fois sur la plateforme Jamendo en l’espace d’une année). Là encore, il se perfectionne davantage sur le son,  sur l’utilisation des techniques nouvelles de création sonore sur ordinateur (comme la synthèse granulaire par exemple), et reste attentif sur les dernières nouveautés en terme d’instruments électroniques et électroacoustiques par le biais de blogs, sites spécialisés, ou magazines.

Devenu étudiant en informatique, le temps consacré à la composition musicale devient de plus en plus réduit. Cela ne l’empêche pas de sortir un morceau spécial destiné au concours des 10 ans du célèbre éditeur d’instruments électroniques: Arturia (« Klaus’s sequenzer » en septembre 2009), et de composer le générique du clip de présentation d’un projet multimédia, plébiscité par la majorité des étudiants de sa promotion (« Universatis présente AjaxPedia » en juin 2010). Ce nouvel engouement et le retour positif de son entourage l’encourage à poursuivre dans la production musicale. Au mois de mai, il décide de ne plus signer ses morceaux sous son nom mais avec un nouveau nom de scène: « Mad Mind ». Il aspire à composer de plus en plus de morceaux imagés, basé sur des ambiances et des sons nouveaux. C’est dans cet esprit qu’est né son septième album studio « Summer madness » sorti en septembre 2010. L’année suivante, il crée à l’ENSA (Ecole Nationale Supérieure d’Art) de Dijon et au PESM (Pôle d’Enseignement Supérieur de la Musique)  de Bourgogne une bande annonce pour le projet de Master 2 multimédia. Il a ainsi réalisé le montage et la musique originale. Il partira de nouveau en studio pour la composition d’un prochain album.