News/Blog Archives

Native Instruments Razor

Native Instruments vient de sortir conjointement avec le développeur Errorsmith un nouveau synthé virtuel pour l’éditeur de synthétiseurs modulaires Reaktor 5. Le plugin embarque un moteur de synthèse additive, de nombreux effets et contrôleurs, un vocoder 34 bandes et d’autres modules très intéressants. L’interface graphique permet également d’afficher le spectre sonore en 3D. Il est livré avec une banque de 350 pixels.

Source: Audiofanzine

Site du développeur: Errorsmith

Site de l’éditeur: Native Instruments

Aucun commentaire

« Tomber 7 fois, se relever huit »

七転八起 – « Tomber 7 fois, se relever huit » (proverbe japonais).

Il y a des jours où l’on aimerait rester couché. La semaine a été très agitée notamment par le tremblement de terre suivi d’un tsunami sans précédent au Japon. En plus des milliers de victimes, le risque d’une menace nucléaire plane sur tout le pays et peut-être dans le monde entier.  C’est avec la plus grande tristesse que j’adresse mes plus sincères pensées au Japon et à ceux qui sont morts ou risquent actuellement leur vie. Que ces prochains jours laissent entrevoir une lueur d’espoir. Voici pour conclure un morceau de Jeff Mills leur rendant un hommage en musique…

Aucun commentaire

Christophe: Aimer ce que nous sommes

J’ai eu un coup de coeur la semaine dernière à propos du dernier album de Christophe (Aimer ce que nous sommes sorti en 2008), chanteur connu entre autre pour sa célèbre chanson Les mots bleus, catalogué à tort de « chanteur pour midinettes ». Je dis bien à tort car depuis, c’est un artiste touche à tout à qui on a affaire. Après son avant-dernier album très avant-gardiste et salué par la critique (Comm’ si la terre penchait en 2001), Christophe nous surprend à nouveau avec les 13 morceaux du disque qui sont autant de perles musicales qu’il décrit lui-même comme de petits court métrages.

L’ensemble reste assez difficile d’accès de par la complexité sonore et les différentes structures composant chaque chanson, l’expérimentation est totale (emploi massif d’instruments électroniques, travail acharné sur les samples, bribes de voix etc… tel un peintre devant le tableau qu’il est en train de peindre), et on sent bien l’univers torturé, parfois sombre du chanteur. L’écouter plusieurs fois reste la meilleure façon de l’apprécier à sa juste valeur. Voici en extrait le morceau Mal comme:

Aucun commentaire

Serge Gainsbourg: le provocateur

Le 2 mars 1991 disparaissait un des génies de la chanson française. Gainsbourg véhiculait l’image d’un poète maudit et tourmenté, ses textes à double sens ayant souvent fait grand bruit, son sens inné pour la composition, inspiré parfois par des compositeurs classiques (Dvoràk, Chopin, Brahms, Beethoven…) et son goût pour la provocation (comme quand il avait sorti la Marseillaise façon reggae: Aux armes et caetera en 1979) en font un artiste atypique mais néanmoins toujours apprécié même aujourd’hui.

De mon point de vue, j’adorais la période funk (ses deux derniers albums studio: en 1984 avec Love on the beat, et en 1987 avec You’re under arrest), sublimée par son dernier live (Le Zénith de Gainsbourg en 1989) où les synthétiseurs se mêlent habilement aux textes toujours aussi équivoques, parfois sombres (comme dans la chanson Sorry angel présentée ici où il parle de la séparation amoureuse et de la souffrance qu’elle engendre). Hommage…

Aucun commentaire